Comprendre les bases pour numériser ses partitions


par Aurélia Azoulay-Guetta

Les partitions musicales sont les documents les plus difficiles à numériser, et ce pour plusieurs raisons :

  • Elles sont très riches et détaillées. En effet, les marques d’articulation, ornements, nuances ou toute autre indication musicale sont cruciales pour lire et comprendre l’œuvre musicale.

  • Elles sont structurées sous forme de portées et de barres de mesures, qui ont tendance à ne pas être capturée de façon précise.

  • Elles ont des formats très particuliers, du format A4 au format double A3.

  • Elles contiennent parfois des marques faites au crayon par les musiciens qui n’apparaissent pas clairement dans la version numérisée.

Dans cet article, nous allons vous apprendre à transformer votre partition musicale en fichier PDF de bonne qualité.

En amont de la numérisation

A. Définissez vos objectifs

Une même partition peut être numérisée à des fins différentes, et celles-ci influencent les critères de numérisation :

  • L’envoyer par e-mail, auquel cas la taille du fichier numérisé doit être prise en compte.

  • L’imprimer, auquel cas la partition numérisée devra être de très bonne qualité afin de correctement reproduire tous les détails et symboles.

  • L’archiver, auquel cas il sera important de correctement capturer les couleurs qui représentent les différentes indications.

  • L’enregistrer ou l’éditer.

  • La lire sur une tablette , auquel cas le poids du fichier doit être adapté à la puissance du moteur graphique de la tablette.

B. Identifiez les spécificités de la partition

Avant de commencer à numériser, il est important de prendre en compte les spécificités de chaque partition afin de réaliser un fichier numérisé précis et personnalisé.

Voici les questions à se poser en amont de la numérisation :

  • La partition est-elle imprimée ou manuscrite ?
  • Quel est son format : A4, B4, A3 ou A5 ?
  • Dans quel état se trouve la partition ? Est-elle ancienne, usée, contient-elle des notes au crayon… ?

Une fois que vous aurez défini les spécificités de la partition à numériser, ainsi que l’objectif de la numérisation, vous pourrez configurer les paramètres de résolution.

Paramètres de résolution

A. Points par pouce, ou pixels par pouce ?

La résolution est le critère le plus important à prendre en compte lors de la numérisation de partitions.

Deux unités différentes sont utilisées pour définir la résolution d’un document numérisé : les points par pouce (en anglais, dot per inch ou DPI) et les pixels par pouce (en anglais, pixel per inch ou PPI).

Le point par pouce défini la résolution d’une image. C’est l’unité standard utilisée pour définir la précision d’impression.

Le pixels par pouce est utilisé pour définir la résolution d’un écran numérique. C’est l’unité standard pour la lecture de partitions numériques à partir d’un écran d’ordinateur ou d’une tablette.

Dans cet article, nous allons principalement nous concentrer sur le point par pouce (PPP) tout en prenant en compte la numérisation à des fins de lecture numérique.

B. Résolution versus format

Avant de définir la résolution de la partition à numériser (en PPP), il est impératif de prendre en compte son format.

Les partitions A3 (qui mesurent 300 PPP) contiennent exactement le même nombre de pixels que les partitions A4 (qui mesurent 600 PPP). Autrement dit, plus votre partition sera petite, plus la résolution sera élevée pour pouvoir la capturer en détail.

Selon Michael Ferraguto, bibliothécaire de l’Orchestre Symphonique de Baltimore, la différence de qualité entre 200 PPP et 300 PPP semble plus importante que la différence entre 300 PPP et 600 PPP. Il ajoute qu’augmenter la résolution au-delà de 600 PPP n’offre pas un résultat visiblement plus précis, particulièrement si la partition est numérisée à des fins de lecture numérique, d’impression ou d’archivage.

En revanche, si la partition est numérisée afin d’être éditée sur Photoshop ou tout autre logiciel d’édition, cela nécessitera une résolution supérieure à 600 PPP.