Compositeur du mois : Frédéric Chopin


par Nathan Bessis

Bienvenue dans Compositeur du Mois !


Chaque mois, nous célébrons l’anniversaire d’un compositeur en vous racontant son histoire et en analysant certaines pièces marquantes de son répertoire, ainsi qu’en vous permettant de télécharger les partitions en question gratuitement dans votre bibliothèque Newzik. Cette fois, nous nous intéressons à l’œuvre de l’un des plus grands compositeurs et pianistes polonais de tous les temps : Frédéric Chopin.

Comme toujours, nous avons préparé pour nos abonnés une Setlist complète comprenant tous les morceaux que nous allons analyser. Si vous êtes un utilisateur gratuit, nous ne vous avons pas oublié : vous pouvez également accéder aux partitions de votre choix de façon unitaire directement dans le corps de l’article (attention à votre limite de 15 fichiers importés). Abonnez-vous à Newzik pour importer autant de fichiers que vous le souhaitez !

Et si vous n’avez pas encore rejoint la communauté des Newziciens, n’hésitez pas à télécharger Newzik gratuitement sur l’App Store pour profiter de ces partitions gratuites de Chopin !

Pour sauter la biographie de Chopin et profiter directement des partitions gratuites… 👉 cliquez ici !

Quelques mots sur Frédéric Chopin


Enfance et début

Frédéric Chopin est né le 1er Mars 1810 à Varsovie en Pologne, d’un père français et d’une mère polonaise. Très jeune il commence l’étude du piano et dès ses 8 ans, soit seulement 1 an après sa première leçon avec le violoniste Wojciech Zywny, il donne son premier concert officiel au Palais Radziwill.

Il poursuit son apprentissage durant son adolescence et entre enfin au conservatoire de Varsovie en 1826. Il y écrit sa première sonate seulement 2 ans plus tard, en 1828, avec déjà un perfectionnisme qui deviendra sa marque de fabrique. Mais c’est à partir de décembre 1829 que Chopin commence à donner ses premières représentations payantes.

Il compose en Pologne ses premières œuvres, notamment ses 2 Concertos pour piano (1830). Malgré une succession de concerts, notamment celui du 17 mars 1830 “Concerto en fa mineur” avec lequel il fait forte impression, le jeune prodige est contraint de quitter, à regret, son pays. En effet, en novembre 1830, débute une insurrection, violemment réprimée et entraîne, fin 1831 la mise au pas de la Pologne russe. De nombreux membres de l’armée polonaise se réfugient en France et ailleurs. C’est donc dans ces circonstances tragiques que Frédéric Chopin arrive en France, sans être lui-même directement un réfugié de l’insurrection.


Un nouveau départ

Après un court passage à Vienne, il arrive en 1831 à Paris où il connaît un rapide succès. Il y compose de très nombreuses oeuvres, essentiellement pour le piano : 55 Mazurkas, 27 Études, 24 Préludes (1838), 19 Nocturnes, 13 Polonaises et 3 Sonates. Entre 1830 et 1832 Chopin compose les nocturnes opus 9. Une composition en 3 pièces pour piano dédiées à son élève Marie Pleyel, une des plus célèbres pianistes virtuoses du XIXe siècle.

L’éloignement de son pays natal exacerbe, sans aucun, doute le nationalisme du compositeur et permet à des oeuvres comme Etude op.10 n°12 – “Révolutionnaire” de voir le jour. A Paris il devient rapidement un ami des personnalités du monde musical comme Liszt, Mendelssohn, Ferdinand Hiller, Hector Berlioz et Auguste Franchomme, entre autres. Après ses tournées à grands succès de 1832, Frédéric Chopin est désormais reconnu comme l’un des grands professeurs de Paris.

“La simplicité est la réussite absolue. Après avoir joué une grande quantité de notes, toujours plus de notes, c’est la simplicité qui émerge comme une récompense venant couronner l’art.”


Frédéric Chopin


Entre maladie et génie

En 1835, au retour d’un voyage, son état physique empire, ce sont les premiers signes de sa tuberculose. Peu de temps après, en 1836, il rencontre l’écrivain George Sand, et sa relation avec cette dernière donne une dimension mondaine à son séjour parisien.

Alors qu’il est physiquement affaibli, cela reste à cette période de sa vie que ses compositions seront les plus abouties. Celui que George Sand appelle “Mon cher cadavre” crée une musique déroutante par ses couleurs et ses modulations, avec une écriture très complexe. Frédéric Chopin admire Jean Sébastien Bach dont il connait par coeur “Le clavier bien tempéré” qu’il fait alors travailler à ses élèves. C’est d’ailleurs en référence à cette œuvre qu’il écrit ses 24 Préludes op. 28 dans tous les tons majeurs et mineurs de la gamme chromatique.

“Bach est un astronome qui découvre les plus merveilleuses étoiles. Beethoven se mesure à l’univers. Moi, je ne cherche qu’à exprimer l’âme et le coeur de l’Homme.”


Frédéric Chopin


La fin de sa vie

1847 signe la fin de sa liaison passionnée avec l’écrivain, rupture qui affaiblit davantage Chopin. Il donne un dernier concert parisien chez Pleyel le 16 Novembre et accepte finalement d’effectuer une tournée en Angleterre en 1848, malgré un état de santé alarmant. Il rentre alors à Paris épuisé et meurt, entouré par ses amis, le 17 octobre 1849.

“Quand les peines de cœur se transforment en maladies, nous sommes perdus.”


Frédéric Chopin

Et maintenant, place à la musique !

Nous avons sélectionné quelques-unes de nos œuvres favorites parmi les très nombreuses que Chopin a composées, et vous proposons des partitions gratuites de chacun de ces morceaux, que vous pouvez télécharger directement dans Newzik pour pratiquer votre instrument ! Bien que Chopin ait surtout composé pour la piano, vous retrouverez également quelques arrangements pour d’autres instruments dans ces partitions.

Nocturne No.1 en Si bémol majeur

Les Nocturnes (Op. 9) sont une suite de pièces lyriques pour piano, composées entre 1830 et 1832 et dédiées à son élève Marie Pleyel, épouse de son ami Camille Pleyel et l’une des plus grandes pianistes du XIXe siècle. La Nocturne No.1 en particulier reste à ce jour l’une des œuvres les plus marquantes du grand compositeur, et de la musique romantique en général. Sur un tempo larghetto, une large ligne mélodique dans le style du bel canto est accompagnée de grands accords arpégés à la main gauche, qui renvoient aux Nocturnes de John Field que Chopin appréciait particulièrement et qui ont largement inspiré la forme de ses propres Nocturnes. Un morceau qui vous demandera du travail, mais qui reste néanmoins accessible.

1 crédit d’import

Nocturne No.20 en Do dièse mineur

Chopin a composé cette œuvre en 1830 pour sa sœur ainée, Ludwika Chopin, avec la dédicace suivante : « À ma sœur Ludwika comme un exercice avant de commencer l’étude de mon second Concerto ». Publiée pour la première fois vingt-six ans après la mort du compositeur, la pièce est souvent appelée Lento con gran espressione, du fait de son tempo. Elle est également parfois surnommée Reminiscence. Parmi ses célèbres interprètes, on retiendra notamment Natalia Karp, survivante de l’holocauste nazi, qui l’a jouée pour le dirigeant du camp de concentration Amon Goeth où elle était enfermée durant la Seconde Guerre Mondiale. Celui-ci fut si impressionné de la performance qu’il épargna la vie de Natalia. Une pièce particulièrement expressive, pour laquelle nous vous proposons trois arrangements différents : un pour piano, l’instrument pour lequel cette œuvre a été composée à l’origine, mais également la partie de violon solo, ainsi qu’un arrangement pour guitare classique. Vous avez l’embarras du choix !

1 crédit d'import

1 crédit d'import

1 crédit d'import

Fantaisie Impromptue

La Fantaisie Impromptue est l’un des morceaux pour piano les plus célèbres de Chopin, composé en 1835, mais publié pour la première fois en 1855 par son ancien assistant le compositeur et pianiste polonais Julian Fontana, cinq années après la mort du compositeur. En effet, Chopin lui-même ne souhaitait pas que cette œuvre soit publiée ! Peut-être en raison des similarités entre cette pièce et la “Sonate au Clair de Lune” de Beethoven. Deux mesures après l’entrée de la main droite, une soudaine envolée affiche exactement les mêmes notes que la cadence du dernier mouvement de la sonate au clair de lune… La même tonalité de do dièse mineur, le tempo indiqué ainsi que le climax sur un accord de quarte et sixte sont autant d’autres points d’analogie entre les deux partitions. Certaines analogies peuvent également être faites avec une œuvre d’Ignaz Moscheles composée 1834, soit un an avant l’écriture de la Fantaisie Impromptue… Une œuvre de Chopin pour le moins inspirée, dirons-nous. Déliez vous les doigts, car vous aurez besoin de toute votre dextérité pour vous attaquer à la partition gratuite pour piano que nous proposons ! Mais rassurez-vous : nous avons inclus un accompagnement MIDI avec la partition, pour que vous puissiez travailler facilement à tempo réduit.

2 crédits d’import

“3 Nouvelles Études”, No.1 en Fa mineur

Les Trois nouvelles études pour piano sont une contribution de Frédéric Chopin au livre Méthode des méthodes de piano d’Ignaz Moscheles et François-Joseph Fétis, publié en 1839. Si ces études n’atteignent pas le niveau des virtuosité des Op.10 et Op.25 du compositeur, elles constituent une bonne entrée dans le répertoire de Chopin pour les jeunes pianistes. La No.1, que nous vous proposons, est une bonne occasion de travailler votre polyrythmie entre la main droite et la main gauche : le morceau alterne en permanence entre divisions ternaires et divisions binaires, souvent superposées. Si vous n’avez pas l’habitude de ce rythme composite, servez-vous de l’accompagnement MIDI fourni avec la partition pour familiariser votre oreille !

2 crédits d’import

Prélude No.4 Op.28 – “Suffocation”

Terminons cet épisode de Compositeur du Mois par le Prélude no.4 de Chopin, souvent surnommé “Suffocation” et publié en 1839 avec les 23 autres morceaux composant l’ensemble des Préludes (Op. 28) du compositeur romantique. Une pièce pour piano plus sombre que les précédentes, qui n’est pas sans rappeler sa Marche Funèbre, et qui sera en tout cas la sienne, littéralement : l’œuvre fut en effet jouée sur un orgue lors de ses funérailles. Une partition pour piano que nous offrons avec son accompagnement, qui peut donc être considérée comme le point point final de l’épopée musicale de Chopin. Une bonne conclusion en somme pour cette sélection.

2 crédits d’import

Nous espérons que vous avez apprécié cet épisode du Compositeur du Mois et que vous passerez un bon moment en travaillant ces morceaux ! Nous vous donnons rendez-vous le mois prochain pour un nouvel épisode du Compositeur du Mois.

Toutes les partitions présentées dans cet article sont issues de sources en ligne et font soit partie du domaine public, soit sont protégées sous licence Creative Commons (leur libre partage étant autorisé et encouragé par leurs auteurs). Si vous souhaitez en savoir davantage sur les meilleures sources en ligne pour obtenir légalement des partitions gratuites, nous vous conseillons la lecture de cet article. Si malgré nos vérifications, il s’avère que vous êtes l’un des auteurs ou ayant-droit du matériel présenté dans cet article et que vous vous opposez à l’usage que nous faisons de votre propriété intellectuelle, merci de nous contacter.

Écoutez cette playlist pendant que vous lisez l'article. Ambiance garantie !