Les Orchestres et la Musique Électronique

by | Juin 14, 2018

Cet article a été rédigé par Matan Daskal, chef d’orchestre et compositeur du Castle In Time Orchestra.

Le lien unique entre électronique et composition


J’ai récemment assisté à un cours dispensé par mon ancien et cher professeur de composition Amnon Wolman. Il expliquait en quoi l’électronique ne pouvait être séparée des techniques de composition mordernes. Il a illustré son opinion par des exemples de compositeurs d’orchestre actuels utilisant ou s’inspirant des technologies modernes pour écrire leur pièces les plus célèbres (une oeuvre connue comme le 3/3 Light Over Water de John Adams). Fondamentalement, l’électronique et la musique sont intimement liées : pour enregistrer la musique, un appareil électronique est nécessaire – à moins de se contenter d’une feuille de papier pour tenter de décrire la mélodie. Naturellement, l’électronique s’est profondément ancrée dans le monde orchestral – performances “secrètement” amplifiées, partitions iPad remplaçant le papier (la mission de Newzik), en passant par l’utilisation des logicels d’écriture musicale, des ordinateurs sur scène comme instruments et, bien sûr, les studios d’enregistrement.

Enregistrer un orchestre


Lorsqu’un orchestre souhaite enregistrer un album, deux options s’offrent à lui : enregistrer une prestation en direct dans une salle de concert, ou enregistrer en studio. Dans les deux cas, les ingénieurs du son répartissent généralement plusieurs micros à travers chaque section et disposent en plus quelques microphones de salle. La personne mixant l’album tente souvent de recréer un paysage sonore homogène, qui se rapprocherait de l’expérience d’un auditeur assis au centre de l’auditorium. Il est particulièrement difficile de recréer un son homogène lorsque chaque instrument a été enregistré séparément, dans le but de capter son son en détail. Je compare souvent ce travail à celui d’un graphiste recevant des images de chaque partie du corps humain séparément, chacune de même taille, et devant ensuite reconstituer un corps humain. Restaurer les proportions est complexe. Si elles ne sont pas correctement agencées, le résultat final ressemblera à une peinture de Picasso – certes intéressante, mais en aucun cas représentative de l’écoute d’un concert en vrai.
musique électronique orchestre enregistrement des pratiques sonores
Technique d'enregistrement de microphone hybride
picasso peinture femme et muses

Les percussions et l’orchestre


L’orchestre et moi-même avons rencontré un célèbre musicien électronique et ingénieur du son, Uri “Mixmonster” Wertheim. Il nous a expliqué qu’une pièce remplie d’instruments modifie physiquement le timbre d’un instrument par rapport à une situation où chaque partie est enregistrée séparémment puis réassemblée par mixage. Ces harmoniques de mélange engendrent un nouveau son. La même chose se produit lorsque vous mélangez des tomates, de la mozzarella et du basilic en une seule bouchée. Ces ingrédients mélangés créent une nouvelle saveur, bien plus complexe que la simple somme des goûts initiaux. Castle In Time Orchestra combine des sections acoustiques classiques, une section rythmique complète et un ordinateur. Il est difficile de savoir comment placer chaque partie sans tomber dans les clichés esthétiques. J’essaie de trouver en permanence une sensation brute. Selon le style, les percussions peuvent jouer un rôle complètement différent au sein d’un ensemble, d’un groupe ou lors d’un enregistrement. Le coeur de la pop ou du hip-hop, par exemple, est de placer le “kick” (pulsation centrale) grave au centre du tout. Mais lorsque l’on écoute une symphonie de Brahms, les timbales sont placées derrière l’orchestre, loin des oreilles de l’audience, pour que le son se mélange parfaitement avec le reste des instruments. Un big-band à la Duke Ellington placerait probablement les percussions entre les deux. Enfin, James Blake et Son Lux égalisent le son des bassons avec celui des percussions en mixant les deux pistes. Après une année passée à considérer et esquiver ce problème avec Castle In Time, nous travaillons actuellement sur l’album, et c’est un véritable défi. J’hésite entre prendre ces décisions, ou bien laisser le contrôle à l’ingénieur du son. Et c’est exactement la conclusion à laquelle je suis arrivée – le mixage et l’édition supposent de lâcher prise.

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *